Faire front

Un gel massif et dévastateur en avril, du Muscadet au Sancerrois. Un violent épisode de grêle frappant une partie du Vouvrillon en mai. Ou encore une tornade, mi-juin, aussi inattendue que violente pour Saint-Nicolas-de-Bourgueil, son vignoble, ses chais, ses exploitations.

Inutile de préciser que ces phénomènes climatiques auront un impact sur les rendements et, par conséquent, sur le moral des vigneronnes et vignerons de Loire ces prochains mois.

« On a gelé les armes à la main », a-t-on pu entendre de certains, au sortir de cette terrible semaine d’avril, où feux de pailles, éoliennes et autres tour antigel n’ont fait que limiter (un peu) la casse. Le combat était quasiment perdu d’avance.

Que restera-t-il de cet épisode de gel ? Le plus de raisin possible, espérons-le. Et une solidarité renforcée, c’est certain. Mais aussi des vignerons qui continuent de se creuser les méninges pour se projeter et faire front face à ces défis climatiques.

Dans ce numéro d’été, nous vous proposons évidemment d’autres portraits, conseils, tendances, actualités… un magazine également disponible en version numérique.

Mais si vous souhaitez la version papier, utilisez cet outil pour connaitre votre point de vente ouvert le plus proche de chez vous.

Enfin, nous ne pouvons que vous conseiller de vous abonner et le recevoir chaque trimestre à domicile.

Bonne lecture, prenez soin de vous, des autres… et des vignerons de Loire !

Demandez le sommaire ! :

Sexisme : la parole aux vigneronnes

Le monde du vin est-il parfaitement égalitaire ? Une femme a-t-elle les mêmes possibilités de s’y épanouir complètement, ou doit-elle dépasser plus d’obstacles qu’un homme ? Poser ces questions, c’est déjà y répondre. Mais parce que ce débat brûlant mérite un peu de profondeur et de nuance, nous avons interrogé six vigneronnes de Loire. La discussion est donc lancée, et elle est loin d’être terminée…

Et à la fin, c’est le gel qui gagne ?

Les deux semaines de gel d’avril ont frappé l’ensemble du vignoble français, et pas seulement. Un choc pour beaucoup de régions… mais pas en Loire où, hélas, c’est le quatrième épisode du genre en six ans. De l’habitude est née une étrange forme de résilience, mais aussi beaucoup de questions… et de remises en question, sur l’avenir du métier. Ambiance au ras des vignes.

Les dessous du vignoble ligérien

Évoquez la notion de terroir pour définir le vin qui en est issu et surgit alors, tel un diable de sa boîte, le facteur majeur : la géologie. La profession viti-vinicole s’y intéresse davantage chaque jour. Pour mieux protéger ce trésor qu’est le sol et en rendre le meilleur au fond de nos verres. En route pour une balade rocheuse sur toute la vallée de la Loire…

Quatre saisons

Nouvelle saison, nouveau casting : on suit les premiers pas de néo-vignerons, qui nous confient leurs premières joies, leurs premières frayeurs, leurs doutes… Un premier épisode pour partir à la découverte de nouveaux personnage : Christelle Pineau, sur les coteaux de Champtoceaux en Anjou, à la lisière du Muscadet ; et de l’autre côté de la Loire, les frères Vétois, à Crézancy-en-Sancerre.

Et aussi

On a bu un verre avec Jean-Luc Ettori on vous dévoile les coulisses du négoce, on vous dit ou presque sur le cépage romorantin, on vous embarque pour une escapade à Nantes et dans le Muscadet… Sans oublier les conseils de cavistes et la belle sélection de notre chroniqueur Dominique Hutin.

Distribué de Pouilly-sur-Loire à la Côte atlantique nantaise grâce au réseau « Messageries lyonnaises de presse » dans les kiosques et les Relay H des principales villes du Val de Loire. Mais on peut également s’abonner dans toute la France et depuis l’Etranger.

L’ABONNEMENT

filet_titre

L’abonnement pour un an, soit 4 numéros, est au prix de 30 €
et pour deux ans, soit 8 numéros, au prix de 50 €

(frais de port inclus en France métropolitaine)

Un magazine que l’on veut à l’image de ce vignoble ligérien.
Dynamique, diversifié, multiple, inventif.

Nous éprouvons une grande fierté à l’idée de poursuivre cette aventure initiée par Jean-Claude Bonnaud, en 2012. Faire perdurer ce magazine qui s’est dessiné un joli chemin, maintenir ce niveau d’exigence, est un véritable défi que nous abordons avec enthousiasme.

C’est donc avec un réel plaisir que nous vous présentons cette nouvelle formule initiée depuis le numéro d’été 2019, le 30e Vin Ligérien.

Tout en conservant l’ADN de ce magazine trimestriel, nous tentons à chaque numéro de l’ouvrir un peu plus. Être un véritable lieu de rencontre entre ceux qui font les vins de Loire et ceux qui les aiment.

Nous vous proposons ainsi des nouveautés, quelques contre-pieds et une galerie de personnages, ambassadeurs des vins de Loire. Qu’ils soient vignerons, cavistes, artistes, entrepreneurs…

Un magazine à l’image de ce vignoble ligérien. Dynamique, diversifié, multiple, inventif. C’est du moins notre ambition, que nous souhaitons partager avec le plus grand nombre de Ligériens possible.

Jean-Baptiste Aubry et Antoine Burbaud

autopromo-VL