ESSENTIELS

Au printemps 2020, toute l’activité ne s’est pas arrêtée. Il n’a pas été nécessaire, par exemple, de remettre la France au goulot. Les cavistes ayant été immédiatement considérés comme des commerces « essentiels », « de première nécessité ». Nous avons ainsi pu vider, remplir, puis revider nos caves en toute quiétude. D’abord à coup d’apéros zoom – ces fameux, que l’on ne regrette guère aujourd’hui – puis avec la convivialité et la sociabilité heureusement retrouvées.

Entre-temps, les cavistes n’ont jamais cessé de tourner. Mieux : de l’avis général, ils n’ont rarement autant travaillé et vendu que ces dix-huit derniers mois ; un moindre mal pour nos vignerons, si l’on considère que certains restaurants ont fermé jusqu’à six mois cumulés sur 2020 et 2021 et que, par conséquent, eux, n’ont pas pu vider (et remplir) leurs caves.

Ce phénomène, ce « boom », mettra-t-il à mal la grande distribution, où 80 % des ventes de vin se réalisent encore aujourd’hui ? Aux lumières blafardes et à l’absence de conseils, le consommateur de vins poussera-t-il davantage les portes de ces commerces de proximité ? On ose le penser…

Numéro d’automne en kiosque dans toute la Vallée de la Loire, mais aussi disponible en version numérique.

Mais si vous souhaitez la version papier, utilisez cet outil pour connaitre votre point de vente ouvert le plus proche de chez vous.

Enfin, nous ne pouvons que vous conseiller de vous abonner et le recevoir chaque trimestre à domicile.

Bonne lecture, prenez soin de vous, des autres… et des vignerons de Loire !

Demandez le sommaire ! :

Le grand boom des cavistes

Les cavistes n’ont jamais eu autant la cote et font désormais partie du décor de nos petits et grands centres-villes. Nous avons décrypté ce phénomène que l’on adore, il faut bien le dire… Et vous retrouverez aussi une galerie de portraits de cavistes ligériens qui aiment leurs vins, leurs vignerons et leurs clients.

« La Loire n’a plus à faire de complexes »

Et c’est Jean-Claude Bonnaud qui le dit. Journaliste, écrivain et auteur de nombreux ouvrages sur la Loire, celui qui fut le fondateur du Vin Ligérien reste un observateur avisé des vins de Loire, de leur diversité et de leur potentiel. Pour ce 40e numéro, nous l’avons invité à nous en faire part, mais aussi à évoquer la place du vin dans notre société.

Quatre saisons, épisode 3

Nous vous emmenons dans les premiers pas de néo-vignerons, qui nous confient leurs premières joies, leurs premières frayeurs, leurs doutes… Un troisième épisode avec Christelle Pineau, sur les coteaux de Champtoceaux en Anjou, à la lisière du Muscadet ; et de l’autre côté de la Loire, avec les frères Vétois, à Crézancy-en-Sancerre.

Escapade en Amboisie

Terre de pierre où le tufeau est roi, terre d’eau fendue par la reine Loire, l’Amboisie est aussi terre végétale où la vigne s’affirme. Un territoire qui revendique ses différents patrimoines et un univers viticole en profonde mutation. Un lieu royal ancré qui fait valoir ses arguments en faveur d’un certain art de vivre à l’amboisienne.

Et aussi…

La sélection de Dominique Hutin, les cavistes croqués par Terreur Graphique, Les Monts damnés à Sancerre, la Folle Blanche du Muscadet… On a également bu un verre avec l’écrivaine Muriel Barbery et testé pour vous une formation sur la vinification, en Anjou.

Distribué de Pouilly-sur-Loire à la Côte atlantique nantaise grâce au réseau « Messageries lyonnaises de presse » dans les kiosques et les Relay H des principales villes du Val de Loire. Mais on peut également s’abonner dans toute la France et depuis l’Etranger.

L’ABONNEMENT

filet_titre

L’abonnement pour un an, soit 4 numéros, est au prix de 30 €
et pour deux ans, soit 8 numéros, au prix de 50 €

(frais de port inclus en France métropolitaine)

Un magazine que l’on veut à l’image de ce vignoble ligérien.
Dynamique, diversifié, multiple, inventif.

Nous éprouvons une grande fierté à l’idée de poursuivre cette aventure initiée par Jean-Claude Bonnaud, en 2012. Faire perdurer ce magazine qui s’est dessiné un joli chemin, maintenir ce niveau d’exigence, est un véritable défi que nous abordons avec enthousiasme.

C’est donc avec un réel plaisir que nous vous présentons cette nouvelle formule initiée depuis le numéro d’été 2019, le 30e Vin Ligérien.

Tout en conservant l’ADN de ce magazine trimestriel, nous tentons à chaque numéro de l’ouvrir un peu plus. Être un véritable lieu de rencontre entre ceux qui font les vins de Loire et ceux qui les aiment.

Nous vous proposons ainsi des nouveautés, quelques contre-pieds et une galerie de personnages, ambassadeurs des vins de Loire. Qu’ils soient vignerons, cavistes, artistes, entrepreneurs…

Un magazine à l’image de ce vignoble ligérien. Dynamique, diversifié, multiple, inventif. C’est du moins notre ambition, que nous souhaitons partager avec le plus grand nombre de Ligériens possible.

Jean-Baptiste Aubry et Antoine Burbaud

autopromo-VL