ESSENTIELS

Alors qu’un nouveau printemps pointe le bout de son nez, que la levée de certaines restrictions nous laissent espérer une parenthèse enchantée, sinon une page qui se tourne enfin, les vignerons de Loire, eux, commencent à consulter de plus en plus frénétiquement les sites et applications de prévisions météorologiques.

Loin de nous l’idée de vouloir jouer les oiseaux de mauvaise augure, avec notre dossier consacré au gel, mais il est désormais impossible de ne pas y penser à l’arrivée des premiers bourgeons. Et de croiser bien fort les doigts pour que ce combat ne soit pas dévastateur, qu’il ne fragilise pas plus ces femmes et ces hommes pouvant perdre une année de travail en une nuit. Le trouillomètre à zéro quand le thermomètre passe en-dessous.

Heureusement, dans le tumulte actuel du monde, face à ces dérèglements et cette impermanence des choses, il nous reste quelques refuges. Dont les souvenirs que l’on se partage, comme ceux de Françoise Foucault ou ceux de Dominique Hutin dans ce numéro. Ou bien les propositions d’évasion à saisir, qu’elles soient à l’autre bout de la Loire ou du monde, dans la vallée de Penja ou face au piton de Sancerre. Allez, embarquez sans crainte

Numéro en kiosque dans toute la Vallée de la Loire, mais aussi disponible en version numérique.

Mais si vous souhaitez la version papier, utilisez cet outil pour connaitre votre point de vente ouvert le plus proche de chez vous.

Enfin, nous ne pouvons que vous conseiller de vous abonner et le recevoir chaque trimestre à domicile.

Bonne lecture, prenez soin de vous, des autres… et des vignerons de Loire !

Demandez le sommaire ! :

Grand entretien 

Dans un livre paru cet hiver, Françoise Foucault raconte « son » Charlie et « son » Clos Rougeard, mythique du domaine du Saumurois qui a placé le Val de Loire sur la carte mondiale des vins. Pourtant doté d’une riche histoire – huit générations et des méthodes souvent avant-gardistes – le domaine a été vendu en 2017 à la famille Bouygues, après une succession difficile.

Comment le gel change notre vignoble

2012, 2016, 2017, 2019, 2021… Jamais le gel n’avait frappé le vignoble de Loire avec une telle régularité en seulement dix ans. L’impact se mesure sur l’économie de la filière, évidemment. Mais aussi sur les pratiques, les techniques… et le moral ; et ce n’est pas fini. Rencontre avec des professionnels et des vignerons qui souffrent, mais n’abdiquent pas, malgré tout.

Quatre saisons, épisode 4

Nous vous emmenons dans les premiers pas de néo-vignerons, qui nous confient leurs premières joies, leurs premières frayeurs, leurs doutes… Un quatrième et dernier épisode avec Christelle Pineau, sur les coteaux de Champtoceaux en Anjou, à la lisière du Muscadet ; et de l’autre côté de la Loire, avec les frères Vétois, à Crézancy-en-Sancerre. C’est l’heure d’un premier bilan.

Voyage au centre de la Loire  

Sancerre, Pouilly, Mennetou, Quincy, Reuilly… Des évocations qui fleurent bon le pinot noir et le sauvignon. Mais qui invitent aussi à la flânerie et à la rencontre. Autour du « village préféré des Français » édition 2021, de magnifiques paysages que nous vous présentons notamment à travers un carnet de route de notre cyclo-reporter, mais aussi à travers l’œil du talentueux photographe local, Pierre Mérat.

Et aussi…

Les sélections de Dominique Hutin (le vin orange et les vins du Centre-Loire), le dessin de Terreur Graphique, Les Terres blanches dans le Layon, les secrets de l’assemblage… On vous propose également de gagner le « grolleau » mais aussi de voyager autour du monde avec Erwan de Kerros.

Distribué de Pouilly-sur-Loire à la Côte atlantique nantaise grâce au réseau « Messageries lyonnaises de presse » dans les kiosques et les Relay H des principales villes du Val de Loire. Mais on peut également s’abonner dans toute la France et depuis l’Etranger.

L’ABONNEMENT

filet_titre

L’abonnement pour un an, soit 4 numéros, est au prix de 36 €
et pour deux ans, soit 8 numéros, au prix de 56 €

(frais de port inclus en France métropolitaine)

Un magazine que l’on veut à l’image de ce vignoble ligérien.
Dynamique, diversifié, multiple, inventif.

Nous éprouvons une grande fierté à l’idée de poursuivre cette aventure initiée par Jean-Claude Bonnaud, en 2012. Faire perdurer ce magazine qui s’est dessiné un joli chemin, maintenir ce niveau d’exigence, est un véritable défi que nous abordons avec enthousiasme.

C’est donc avec un réel plaisir que nous vous présentons cette nouvelle formule initiée depuis le numéro d’été 2019, le 30e Vin Ligérien.

Tout en conservant l’ADN de ce magazine trimestriel, nous tentons à chaque numéro de l’ouvrir un peu plus. Être un véritable lieu de rencontre entre ceux qui font les vins de Loire et ceux qui les aiment.

Nous vous proposons ainsi des nouveautés, quelques contre-pieds et une galerie de personnages, ambassadeurs des vins de Loire. Qu’ils soient vignerons, cavistes, artistes, entrepreneurs…

Un magazine à l’image de ce vignoble ligérien. Dynamique, diversifié, multiple, inventif. C’est du moins notre ambition, que nous souhaitons partager avec le plus grand nombre de Ligériens possible.

Jean-Baptiste Aubry et Antoine Burbaud

autopromo-VL